Différence entre isolation phonique et acoustique

isolation acoustique

Entendez-vous souvent parler d’isolation acoustique et phonique sans pouvoir les distinguer ? Vous savez vaguement qu’il s’agit de barrière contre le son, mais il vous faut encore plus de précision ? Si vous vous posez ces questions, les prochaines lignes vous apportent quelques éléments de réponse.

L’isolation phonique cherche à préserver la maison des bruits extérieurs

Souvent, l’isolation phonique est évoquée pour barrer les bruits extérieurs. Il s’agit de système pour assurer le confort auditif des occupants d’une maison. Les différentes solutions existantes visent à réduire au minimum possible les nuisances sonores dues à la ville ou aux industries environnantes. Le logement ne sera pas totalement exempté de tout tracas extérieur. Par contre, le niveau est baissé de manière significative. Les experts (voir exactabenelux.be) utilisent l’indice d’absorption W pour mesurer l’efficacité des isolants phoniques. Les bruits de moteur, le brouhaha des trains et autres gênes acoustiques issues de l’environnement immédiat pourront être atténués au maximum. Grâce à des solutions telles que les plaques de polystyrène expansé, le son que fait la pluie sur le toit baisse drastiquement. Ceux qui ont peur des tonnerres vont aussi moins angoisser pendant l’orage avec les matériaux en vrac déposés dans les combles. À l’instar de la laine minérale, les différentes options permettent d’absorber les décibels propagés dans les airs. Ils réduisent le volume des chants émis depuis les minarets et les tintements de lointaines cloches. Dans certains cas, Il faut préserver les oreilles des bruits de la mer. Les battements incessants vagues peuvent réellement gêner les dormeurs qui n’en ont pas l’habitude. Bref, l’isolation phonique sert à vous épargner des pollutions et autres ambiances sonores issues de l’extérieur de votre domicile.

Les isolants acoustiques gardent davantage la discrétion

Parfois, ce sont les bruits émis depuis l’intérieur de la maison qu’il faudra réduire au minimum. Les planchers sont alors aménagés de manière à émettre le moins de son possible quand une personne marche dessus. Les systèmes existants consistent à ajouter une isolation acoustique entre chaque niveau. Puis, les toits et les murs pourront aussi être épaissis de façon à préserver les sons émanant de l’intérieur. Les vitrages multiples servent à cet effet. Il épargne de la pollution sonore extérieure tout en gardant le secret des occupants de la maison. De jours comme de nuit, les fenêtres insonorisées préservent leur intimité. Différentes technologies permettent de garantir cette conservation de la vie privée. C’est le cas du double cloisonnement dont le fonctionnement suit le principe « masse-ressort-masse ». L’inertie phonique peut être atteinte grâce à des matériaux tels que la pierre. Cette dernière transmet moins d’ondes que le béton et le bois. L’épaisseur n’est pas toujours une alliée puisqu’il existe des murs assez fins qui servent justement à assurer le confort acoustique d’une maison. Ils empêchent aux sons de passer d’une pièce à l’autre. De toutes les manières, le problème devrait être résolu dès la réalisation des plans d’architecte. Puis, il est toujours possible d’apporter des améliorations. L’ajout d’une simple moquette avec sous-couche en caoutchouc peut déjà aider pour absorber une partie des sons de télévision ou de la chaîne stéréo. Certains types de parquet flottant et de dalle souple sont aussi envisageables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *